Diagnostic

Rose
Diagnostiquée en 2011

Diagnostic de Rose

Je ne peux pas dire que l’annonce du diagnostic soit une nouvelle agréable à recevoir. Au fond de moi je me doutais que quelque chose n'allait pas, bien que je n'avais aucune douleur ou fatigue, j'avais juste un pressentiment.

Le matin du 14 janvier 2011, alors que j’étais en Tunisie (je vis entre la France et la Tunisie), une grosseur est apparue sur mon sein droit. Dans un premier temps j'ai cru qu'un insecte m'avait piquée ou que le stress avait fait ressortir un kyste. J'ai donc patienté et au bout d'une semaine je suis allée voir un gynéco car la grosseur était toujours présente. Le verdict est tombé à la suite de ça, je souffrais d’un carcinome infiltrant RH+, HER 2-.

Quand je suis sortie du centre médical avec mon mari, j’ai éclaté en sanglots. J’avais peur. Mon mari m’a soutenu et me soutient toujours aujourd’hui. La première personne à laquelle j'ai pensé quand j'ai appris cette nouvelle, c’est à mon fils Hugo. Il avait 10 ans. Je ne voulais pas lui faire de mal et surtout je voulais vivre pour lui, pour ceux qui m'aiment et pour moi. Je n'ai pas eu peur de la mort. J'ai surtout eu très peur de faire du mal aux autres, et sans cesse je me demandais pourquoi moi ?

En 2014, on m’a annoncé que j’avais des métastases sur les os. Ça m'a bouleversée. J'étais avec mon amie, je me souviens comme si c'était hier. On riait, on pleurait dans le cabinet de l'oncologue. Elle me disait : « t'inquiète on va y arriver, on l'aura. » Je me suis faite à l'idée que j'avais un cancer chronique. Il régresse, il progresse !

Mais depuis janvier 2017, je n'ai malheureusement pas connu une consultation où l’on m’a dit : « la maladie a régressé. » J’essaie d’être forte mais lors de ma dernière consultation : j'ai craqué, j'étais chamboulée, les larmes n'arrêtaient pas de couler.

Je ne veux pas qu'il me bouffe, qu'il me détruise...

Amélie
Diagnostiquée en 2010

Diagnostic d’Amélie

On m’a diagnostiqué mon premier cancer du sein en 2010. C’est à la suite d’une consultation de routine chez mon médecin traitant que j’ai fait une mammographie. C’était la première fois que j’en faisais une d’ailleurs.

Quelques jours plus tard, mon médecin traitant m’a téléphoné pour me dire que mes résultats n’étaient pas bons. Ça m’angoissait tellement que je me suis rendue sur place. C’est à ce moment-là que l’on m’a dit que j’avais un cancer du sein. Sur le coup, je n’arrivais pas à y croire !

J’ai été bien prise en charge rapidement. On m’a fait une mastectomie d’un sein droit et ensuite j’ai fait de l’hormonothérapie. Je n’ai pas fait de chimiothérapie la première fois. En 2014, j’ai rechuté. On m’a annoncé que j’avais des métastases sur les os et sur le foie.

Je ne m’y attendais pas. Pour moi je m’en étais sortie !

Adeline
Diagnostiquée en 2015

Diagnostic

Le diagnostic a été posé en septembre 2015 par le plus pur des hasards. C’était pendant une séance de rééducation du périnée. J’avais une douleur qui était quand même assez importante au niveau du sein gauche. J’en ai parlé ce jour-là à ma sage-femme, qui a tout de suite senti qu’il y avait quelque chose qui clochait et qui a prescrit une échographie et une mammographie deux heures après. Le lendemain il y a eu une biopsie mammaire, un Pet Scan, puis scintigraphie osseuse. Plein d’examens qui ont permis de découvrir que j’avais un cancer du sein métastatique au niveau osseux de stade 4 et que mon pronostic vital était de 6 mois.

Faby
Atteinte d’un cancer du sein depuis 12 ans.

Diagnostic

C'est d'abord dans la sphère intime que j'ai compris qu'il y avait un problème. Avec ma compagne, on a senti une petite boule dans mon sein. J'ai passé très vite une biopsie, et le résultat positif m'a abattue. Mais passé le choc, je me suis relevée pour mes deux filles, je dois vivre le plus longtemps possible pour elles.

Stéphanie
Diagnostiquée en 2010

Diagnostic

J’ai eu un premier cancer en 2010. On m’a enlevé la tumeur et j’ai fait de la radiothérapie.

J’ai ensuite repris une vie normale, mais sept mois après on m’a annoncé une récidive. On m’a alors parlé d’ablation du sein, ce que j’ai bien vécu car pour moi on m’enlevait le mal, la souche du cancer. Mais après cette opération, la mastectomie, on m’a diagnostiqué des métastases dont une osseuse et là il fallait aller un peu plus loin…

Retour en haut