Stades Et Types De Cancer Du Sein

Un examen important consiste à déterminer le stade de votre cancer (stadification). La stadification comprend plusieurs examens qui permettent aux médecins de déterminer le degré d’avancement de la tumeur, en fonction de sa taille et du type de cellules qui la constituent.


Le système de classification TNM est utilisé pour la majorité des types de cancer. Il fournit au médecin de précieuses indications qui lui permettent d’établir un pronostic et de décider du meilleur traitement pour vous.

Taille de la tumeur
La lettre T correspond à la taille de la tumeur principale et à son degré d’extension
Adénopathies régionales
La lettre N représente le degré d’atteinte des ganglions lymphatiques situés à proximité de la tumeur
Métastases à distance
La lettre M désigne toutes les autres tumeurs induites par la propagation des cellules cancéreuses

Un chiffre de 0 à 4 (en chiffres romains : I, II, III, IV) succède à chaque lettre afin de décrire la taille de la tumeur principale et le degré de propagation du cancer.

Le stade 0 correspond aux tumeurs « in situ » où localisées tandis que le stade IV aux tumeurs avec des métastases à distance du sein où s’est développé le cancer (le site primitif du cancer).

La combinaison TNM indique le stade atteint par votre tumeur. Ces informations permettent au médecin de vous préparer à la suite des événements. N’hésitez pas à lui poser des questions si vous en avez. Meilleure sera votre compréhension de la situation, meilleure sera la collaboration avec votre médecin. Vous trouverez ci-dessous des descriptions générales des différents stades ainsi que leur signification.


STADES TUMORAUX

Le stade est fondamental pour décider du traitement. Moins le stade est avancé, meilleur est le pronostic. La détermination du stade est généralement effectuée à deux reprises : après l’examen clinique et radiologique, et après l’intervention chirurgicale. Si une opération chirurgicale est pratiquée, la détermination du stade peut également être influencée par l'examen en laboratoire de la tumeur et des ganglions lymphatiques retirés.

Des examens radiologiques supplémentaires tels qu’une radiographie du thorax, une échographie ou un scanner de l’abdomen et une scintigraphie osseuse peuvent être réalisés pour s’assurer de l’absence de métastases dans les poumons, le foie ou les os. Un scanner et/ou un examen par IRM du cerveau ne doivent être menés que si des symptômes l’indiquent. Tous ces examens sont généralement recommandés uniquement pour le stade II ou les stades plus avancés (voir ci-dessous). Ils doivent aussi être envisagés pour les patientes devant recevoir un traitement préopératoire. À l’inverse, il n'y a aucune raison de pratiquer ces examens chez des patientes ne présentant que de petites tumeurs, sans ganglions lymphatiques suspects (stade I).

stade-cancer-sein.jpg

Stade 0

Les cellules anormales restent confinées à l’intérieur du canal où elles sont apparues initialement.

Stade I

La tumeur mesure moins de 2 cm et de petits amas de cellules cancéreuses sont retrouvés dans les ganglions lymphatiques.

Le cancer de stade I est divisé en stades IA et IB.

Stade II

Soit la tumeur mesure moins de 2 cm et s’est propagée aux ganglions lymphatiques de l’aisselle, soit la tumeur mesure entre 2 cm et 5 cm de diamètre sans s’être propagée vers les ganglions lymphatiques de l’aisselle.

Le cancer de stade II est divisé en stades IIA et IIB.

Stade III

La tumeur peut avoir n’importe quelle taille, mais :

  • elle s’est propagée à la paroi thoracique et/ou à la peau du sein ;
  • elle s’est propagée à au moins 10 ganglions lymphatiques de l’aisselle ou les ganglions de l’aisselle adhèrent les uns aux autres ou à d’autres structures ;
  • elle s’est propagée aux ganglions lymphatiques à proximité du sternum ;
  • elle s’est propagée aux ganglions lymphatiques situés en dessous ou au-dessus de la clavicule.

Le cancer de stade III est divisé en stades IIIA, IIIB et IIIC

Stade IV : Le cancer métastatique

Le cancer s’est propagé à d’autres organes du corps, le plus souvent les os, les poumons, le foie ou le cerveau. Ces tumeurs se développant à distance sont appelées métastases.

Source : Dossier “Cancer du Sein”, site anticancerfund.org de l’association Fond Anticancer, consulté le 17 août 2017.


Les grades tumoraux

Tous les cancers du sein n'ont pas la même agressivité. C'est l'examen anatomopathologique d'un échantillon de tumeur qui permet d'évaluer le type exact de cancer et de définir son grade.

  • L’apparence des cellules cancéreuses (ou architecture cellulaire).
  • La forme du noyau.
  • Le nombre de cellules en division (ou activité mitotique).

Le pathologiste examine au microscope la tumeur et évalue trois paramètres morphologiques : l'architecture cellulaire, la forme et la taille du noyau de la cellule et le nombre de cellules qui se divisent (ou activité mitotique) qui reflète la vitesse à laquelle les cellules cancéreuses se développent.

L'apparence des cellules cancéreuses (ou architecture cellulaire)

En devenant cancéreuse, la cellule perd progressivement sa fonction d'origine, elle se met à se développer plus rapidement que les autres et finit par changer d'apparence. On dit alors qu'elle est indifférenciée, c'est-à-dire qu'elle a perdu toutes ses caractéristiques d'origine.

Il y a plusieurs degrés de malignité. Plus une cellule cancéreuse ressemble aux cellules normales (elle est dite alors bien différenciée), moins elle est agressive. Plus une cellule s'est modifiée par rapport aux cellules normales (elle est alors indifférenciée), plus elle est agressive.

La forme du noyau

En devenant cancéreuse, le noyau de la cellule peut changer de taille et de forme.

Le nombre de cellules en division (ou activité mitotique).

Plus une cellule cancéreuse se développe vite, plus elle se divise rapidement et plus le risque de propagation du cancer dans l'organisme augmente. Ce critère est étroitement lié au nombre de cellules qui se divisent. L'aspect microscopique d'une cellule qui se divise (on dit aussi qui est en mitose) est caractéristique. Le pathologiste va compter, sur une surface définie, le nombre de cellules qui se divisent.

Chacun de ces 3 critères est évalué et une note allant de 1 à 3 lui est attribuée.

Le grade d'un cancer correspond à la somme des notes obtenues pour chacun des trois critères.

De manière générale :

  • Le grade I correspond aux tumeurs les moins agressives ;
  • Le grade III correspond aux tumeurs les plus agressives ;
  • Le grade II est un grade intermédiaire entre les grades 1 et 3.

Autres informations importantes

Les résultats de la biopsie

L’échantillon de tumeur prélevé par biopsie est examiné en laboratoire. La méthode et les résultats de cet examen portent le nom d’anatomopathologie . Un second examen anatomopathologique est mené sur les tissus prélevés lors de l’ablation chirurgicale de la tumeur et des ganglions lymphatiques. Cette étape est très importante pour confirmer les résultats de la biopsie et pour apporter davantage d’informations sur le cancer. Les résultats de l’examen de la biopsie doivent inclure

Le type histologique

La détermination du type histologique est basée sur le type de cellules qui composent la tumeur. Les cancers du sein se développent dans les tissus du sein, généralement dans les canaux ou les lobules. Les principaux types histologiques de cancer du sein sont les carcinomes canalaires et les carcinomes lobulaires. L’examen anatomopathologique classera également le cancer en cancer invasif ou non invasif. Les cancers non invasifs sont également appelés cancer in situ.

Le statut des récepteurs hormonaux aux œstrogènes et à la progestérone

Les cellules tumorales peuvent présenter des récepteurs aux œstrogènes ou à la progestérone à leur surface ou à l’intérieur de la cellule. Les cellules de certaines tumeurs présentent un taux élevé de récepteurs. Ceci signifie que leur croissance et leur multiplication sont stimulées par certaines hormones.

De manière générale, les tumeurs qui possèdent un taux élevé de récepteurs aux œstrogènes (ER+) et/ou de récepteurs à la progestérone (PR+) ont un meilleur pronostic que les tumeurs qui possèdent un faible taux de récepteurs aux œstrogènes (ER-) et un faible taux de récepteurs à la progestérone (PR-).

Les tumeurs qui possèdent ces récepteurs peuvent bénéficier d’un traitement « anti-hormonal », appelé plus couramment « hormonothérapie ».

Le statut HER2

HER2 est une protéine de la surface des cellules, impliquée dans 20 % des cancers du sein. La protéine HER2 joue un rôle, entre autres, dans la croissance et la migration des cellules. Avant l’apparition des thérapies ciblant directement la protéine HER2, les cancers HER2 positifs étaient plus agressifs que les autres. Actuellement les thérapies anti-HER2 ont largement amélioré le pronostic des femmes.

L’indice Ki-67

Ki-67 est une protéine présente dans le noyau des cellules qui se divisent, mais qui est absente durant les autres phases du cycle de vie de la cellule. L’indice de marquage du Ki-67 indique le pourcentage des cellules présentant cette protéine. L’analyse de la proportion des cellules en phase de division est en effet un moyen de déterminer le niveau de prolifération de la tumeur. Les tumeurs très proliférantes se développent plus vite et présentent un pronostic plus défavorable que les tumeurs peu proliférantes. Cependant, les tumeurs très proliférantes répondent mieux à la chimiothérapie.

Le profil d’expression génique

La quantification de l’expression d’un groupe distinct de gènes par la tumeur peut également être réalisée par biopsie. Ces analyses de la « signature multigénique » ne sont pas pratiquées en routine, mais peuvent aider à prévoir le risque de récidive et la probabilité de tirer un bénéfice de la chimiothérapie.

Source : Dossier “Cancer du Sein”, site anticancerfund.org de l’association Fond Anticancer. Accédé en septembre 2017.