Clémence

Fille d’une patiente, diagnostiquée en 2012

Clémence a 26 ans. Elle habite à Lille et est enseignante. Sa mère souffre d’un cancer des ovaires. Elle a partagé avec nous comment elle compose au quotidien entre sa vie personnelle et son quotidien de proche de malade.

Sa réaction au diagnostic de sa maman

Pendant 2 mois, elle avait des douleurs dans le bas du ventre. Elle n’avalait plus rien, elle a d’ailleurs perdu 10 kg en 1 mois. Elle a donc été voir son médecin et c’est à ce moment-là que la sentence est tombée.

Le cancer est héréditaire dans notre famille. Comme il y avait plusieurs cas de cancer dans notre famille, j’ai également décidé de faire un test. Je suis également porteuse de la mutation génétique que porte maman. Quand je l’ai appris, je m’en doutais, je le sentais. Ça a été un petit choc mais en même temps, c’est une chance de le savoir.

FAMILLE & AMIS

Ce que je fais pour l’aider, enfin, ce que je souhaite faire, c’est l’aider physiquement et psychologiquement. Donc physiquement, j’aime bien aller me promener avec elle, l’accompagner dans des activités, tout faire pour qu’elle pense à autre chose.

Psychologiquement, j’essaie de l’écouter quand elle a envie de parler. J’essaie de parler d’autres choses quand elle ne veut pas parler du cancer. Bref, je suis là quand elle a besoin de moi.

Je ne sais pas si je suis la personne qui l’aide le plus. Mon père est avec elle au quotidien et l’aide beaucoup aussi. Mais oui, je pense que je l’accompagne et que je suis là pour elle.

GESTION DE LA MALADIE

Ma mère gère la maladie de façon assez forte avec des fluctuations en fonction des périodes. Le début a été très compliqué. Les traitements étaient durs, elle a fait une réaction allergique au produit qu’on lui injectait dans ses chimiothérapies. Physiquement, cela a été dur. Psychologiquement, elle l’a plutôt bien vécu. Elle dit aujourd’hui que le cancer a été un déclic dans sa vie et une renaissance pour elle. Je l’ai vécu de façon assez négative au départ. J’étais très jeune et je pensais que ma mère allait mourir d’un cancer. J’ai vu le « noir » tout de suite, mais après, j’ai été rassurée par ma mère et les professionnels de santé. J’ai vu ses progrès et faire ses pas en avant. Avec le temps, ça va beaucoup mieux.

VIE PROFESSIONNELLE & FINANCES

Ma mère a arrêté de travailler du fait de sa maladie. Elle travaillait dans une banque et aujourd’hui elle est en retraite anticipée. Pour ma part, mon travail a été une échappatoire à la maladie. Je suis passionnée par le métier d’enseignante. Mon travail n’a pas du tout été impacté, bien au contraire.

ET DEMAIN ?

Ma mère a des projets d’avenir. Elle regarde loin et ce n’était pas forcément le cas les années précédentes. Elle aimerait changer un peu d’air et retrouver une nouvelle jeunesse.

Je suis persuadée que le cancer a changé ma mère. Il a changé les relations que j’avais avec elle et il l’a changé elle-même. Aujourd’hui, elle est davantage concernée par sa santé et la santé de ses enfants.

Moi aussi, je vois le cancer d’une autre façon. Quand il touche votre mère, la personne la plus importante à vos yeux, c’est terrible ! Je ne savais pas qu’il pouvait être si terrible, si dévastateur. On ne sait pas tout ce que les malades endurent.

Si j’avais un message à donner à un proche qui vient d’apprendre cette terrible nouvelle, je lui dirais de garder espoir et d’y croire. Je n’aurais jamais pensé que ma mère vive ces deux dernières années. Aujourd’hui, on parle d’avenir, on parle de projets… Donc oui, il faut garder espoir !

Retour en haut