Laurence

Diagnostiquée en 2012

Laurence a 38 ans, on lui a détecté un cancer ovarien de stade 1 de haut grade. Mariée et maman de deux enfants, elle a su garder le moral et se battre pour eux. Aujourd’hui elle est en rémission et sa maladie fait partie de son quotidien.

FAMILLE & AMIS

Avec mon mari nous avons deux enfants, j'ai décidé de me battre pour ne pas les abandonner. Nous sommes très entourés et c'est 50% du chemin vers la guérison. Ma famille et mes proches me soutiennent beaucoup. Pendant la convalescence, tous les jours quelqu'un venait me voir et avec mes amis je me suis lancée dans la création d'objets décoratifs et de bijoux.

GESTION DE LA MALADIE

On m'a infligé une lourde chimiothérapie. Mais passés les 4 ou 5 jours suivants, il faut sortir de son lit ! Petit à petit, le corps renaît. Et au lieu de regarder mes cheveux tomber, j'ai décidé de rendre cette expérience positive : je suis allée chez un coiffeur spécialisé qui recycle les cheveux en perruques destinées aux personnes cancéreuses.

J'encourage toutes mes proches à aller faire des suivis très réguliers. Il faut devenir acteur de son propre parcours de soin. Si c'est pris à temps, les chances de survie sont beaucoup plus importantes.

Dans mon entourage, certains ont donné mes coordonnées à des personnes qui avait des doutes, des questions ou qui venaient d'apprendre leur cancer de l'ovaire. Nous échangeons au téléphone et mon expérience semble les rassurer. Je les encourage à rester positives. Avec la vente de mes bijoux, je verse des bénéfices à l'institut qui m'a soignée pour remercier le personnel soignant.

SANTÉ & ALIMENTATION

On a décidé de quitter la grande ville et de déménager dans un village à la campagne, plus proche de la nature. Je fais attention à ce que je mange et aux produits que j'utilise au quotidien. Pour garder le moral, j'ai continué à sortir au cinéma, ou à voir des concerts malgré la chimiothérapie.

VIE PROFESSIONNELLE & FINANCES

Je suis chef de projet dans une banque avec une convention collective intéressante. J'ai donc eu la chance de pouvoir rester chez moi malgré la maladie et de ne pas être obligée de travailler pour gagner financièrement ma vie.

ET DEMAIN ?

Je suis en rémission, mais je vais de l'avant. La maladie fait partie de mon quotidien mais elle ne l'efface pas. J'ai recommencé à travailler, la vie reprend son cours.

Vivre le moment présent et se pousser à rester actif !

Retour en haut